Franco outragé, mémoire souilléelecture express

La dépouille de Francisco Franco a été exhumée du sanctuaire d’El Valle de los Caídos. Les rouges avaient fait le choix de continuer à blesser la mémoire de l’Histoire. Ils ont gagné et le terrorisme intellectuel avec eux.

L’offensive du président socialiste du gouvernement espagnol Pedro Sanchez n’a pas été une surprise. Il serait faux de dire que personne n’a tenté de s’opposer à cette iniquité. Mais les faits sont là, le Caudillo reposera désormais au cimetière du Pardo. Sans que l’on soit sectateur du franquisme, c’est une triste chose. C’est la victoire des déterreurs de cadavres et des salisseurs de mémoire.

Cela n’aura pas l’heur de plaire à de nombreux catholiques mais soulignons que le Vatican n’a pas manifesté une once de courage dans cette affaire. Il ne s’est tout d’abord pas opposé au transfert de la dépouille. Il a ensuite rappelé à l’ordre le prieur du monastère bénédictin qui s’opposait à la décision du gouvernement. Enfin, il n’a pas réagi à l’interdiction faite aux moines par la Garde civile d’accéder à la basilique les quelques jours avant l’exhumation. Ce n’est plus l’acte de l’Eglise « prudente », c’est l’action veule d’une hiérarchie déboussolée. C’est une trahison des autorités ecclésiastiques envers un homme qui ne fut certes pas parfait, mais qui toujours essaya de donner au catholicisme une place importante au sein de l’État.

Pour les belles âmes de gauche en Europe et en Occident, la paix civile ne semble pouvoir se faire que sur la déconstruction du passé et l’outrage aux morts. Alors que prospèrent le mausolée de Lénine ou celui de Ceausescu, le déboulonnage de statues confédérées aux États-Unis est une lubie récurrente. En France, le transfert des cendres du Maréchal Pétain à l’ossuaire de Douaumont est sempiternellement refusé. En Espagne, après la violation légale de la sépulture de l’ancien chef d’État – au mépris des demandes de sa famille – verra-t-on la destruction de l’abbaye de la Sainte-Croix de la vallée de ceux qui sont tombé ? C’est possible, ce genre d’acte impie ne serait pas pour déplaire aux plus sectaires. Rappelons que, pendant la guerre civile, certains révolutionnaires sortaient des nonnes de leurs cercueils pour les fusiller. Le même type de folie que les profanations des tombes royales de la basilique Saint-Denis pendant la Révolution française …

Adrien Chollard

 

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu? Partagez-le! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.