À qui appartient Jeanne d’Arc ?2 min de lecture

« Elle aima tant la France ! Et la France touchée se mit à s’aimer elle-même… Souvenons-nous toujours, Français, que la patrie chez nous est née du cœur d’une femme, de sa tendresse et des larmes, du sang qu’elle a donné pour nous. » Ces mots de l’historien républicain athée et profondément anticlérical qu’était Jules Michelet montrent à quel point le message de Jeanne dépasse les clivages en tout genre, et reste vivace malgré les six siècles qu’elle a traversés. « Bonne lorraine » chantée par Villon puis Péguy, malmenée par Voltaire, récupérée par la gauche puisque femme du peuple brûlée par l’Eglise, vénérée d’abord par la droite comme héroïne nationale et par les chrétiens qui prient une grande sainte et protectrice de la France, la Pucelle d’Orléans n’a pas fini de faire parler d’elle. Quel mystère que cette figure si universelle qu’elle a su parler – pour des raisons parfois contradictoires – aux politiques et philosophes de tous horizons, à la France comme à l’étranger, aux anciens comme à la jeunesse, à l’homme du peuple comme aux élites !

Les faits qui ont nourri l’éclatante postérité de Jeanne tiennent en une année. Alors que la France de 1429 est au plus mal, l’intervention providentielle de la jeune lorraine sauve le royaume d’une complète déchéance. En janvier, elle quitte ses parents et Domrémy pour se lancer dans une aventure dont elle ne connaît rien sinon les promesses entendues de ses Voix. Elle devient un véritable chef de guerre, mène Charles VII au sacre, redonne l’espoir aux Français désespérés, et joue un rôle décisif dans la fin de la guerre de Cent Ans qui donne l’avantage aux Français. A dix-sept ans et en moins de douze mois, Jeanne réussit là où les chefs français ne pensaient plus qu’à renoncer. Au terme de sa fameuse chevauchée, le nord de la France est largement dégagé de l’influence anglaise, et dans le camp ennemi l’heure est à la déroute. Ce que les historiens appellent familièrement « l’effet Pucelle » a réellement restauré l’espoir dans le camp français en même temps qu’il annonce la chute imminente des Anglais. L’année 1429 est bien celle qui cristallise le relèvement de la France.

Encore aujourd’hui, Orléans commémore chaque année l’épopée johannique et la libération de la ville alors assiégée par les Anglais, et depuis 1920, année de la canonisation de Jeanne, la France en fête la délivrance chaque deuxième dimanche de mai. En ce jour de fête nationale où la France célèbre la Pucelle et le patriotisme, la question se pose encore et toujours : à qui appartient Jeanne d’Arc ? Si elle a fait couler beaucoup d’encre, la question n’a pas vraiment été élucidée. Au fond, peut-être faut-il s’en tenir à ceux qu’elle a servi de toute son âme durant ses dix-neuf ans de vie : Dieu, le roi et la France.

Article écrit par Marilys Moury

5 rue de la poissonnerie 85000 La Roche-sur-Yon
Retrouvez tous ses articles

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.