L'Étudiant Libre

Éric Zemmour condamne une vidéo polémique et lance un défi à Raquel Garrido et Alexis Corbière

« Vous ne faites partie ni de mes sympathisants, ni de mes militants, et encore moins de mes amis. »
Crédits : Wikipédia
Depuis quelques jours, une vidéo révélée par des associations d’extrême gauche fait polémique. En effet, on y voit deux hommes tirant sur des cibles imaginaires sensées représenter Emmanuel Macron, des antifascistes ou encore les élus de La France Insoumise : Raquel Garrido et Alexis Corbière. Mais voilà, ces deux hommes portaient sur eux une casquette « Ben voyons », célèbre réplique du candidat Éric Zemmour, ce qui va donc leur valoir d’être affichés comme soutien du candidat.

« Vous ne faites partie ni de mes sympathisants, ni de mes militants, et encore moins de mes amis. Je condamne par avance tout ce que vous ferez en mon nom pendant ma campagne. Je ne veux ni de votre soutien ni de votre aide », a réagi le candidat dans un communiqué de presse. Il dénonce aussi un « spectacle pitoyable » fait par une « misérable poignée d’idiots » et lance un défi aux deux élus LFI qui ont porté plainte pour « menaces de mort et provocation à la haine raciale » : « faites la même chose que moi. Dénoncez les antifas qui me harcèlent ; Déclarez publiquement que vous les condamnez sans appel, quoi qu’ils fassent ».

Cette dénonciation par le candidat de la frange la plus violente de ses soutiens s’inscrit dans un contexte de montée des violences contre sa personne et son équipe de campagne, alors que celui-ci est fréquemment attaqué lors de ses déplacements ou de ses prises de paroles, ainsi que ses militants qui sont la cible d’innombrables intimidations et attaques. La question est désormais de savoir si, comme il en lance le défi, ses opposants politiques sauront eux aussi dénoncer l’action violente qui règne dans leur camp. Rien n’est moins sûr…
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Éric Zemmour condamne une vidéo polémique et lance un défi à Raquel Garrido et Alexis Corbière
Retour en haut