Thaïs d’Escufon de Génération Identitaire a répondu aux questions de L’Étudiant Libre !3 min de lecture

Thaïs d’Escufon a participé à l’action de Génération Identitaire ce samedi lors de la manifestation de soutien à Adama Traoré, elle revient avec nous sur ce samedi mouvementé.

Comment avez vous eu l’idée d’organiser cette action coup de poing lors de la manifestation de soutien à Adama Traoré ?

Suite à l’incident regrettable de George Floyd, depuis plus d’une semaine les manifestations BlackLivesMatter font les gros titres dans le monde entier. Prétendant dénoncer les violences policières et un pseudo « racisme systémique »  envers les noirs, on voit bien en réalité que leur but est bien plus pervers et leurs revendications un prétexte pour discriminer les blancs et les soumettre à la bien-pensance.

Le collectif « Justice pour Adama » a donc profité de cette vague pour être sous les projecteurs et en particulier la famille Traore. Cette exposition médiatique leur permet de cracher leur haine du policier, du blanc, de l’Européen et de son mode de vie en toute impunité dans tous les médias mainstream. Leur but : obtenir l’impunité absolue. Voir l’ensemble de la classe politique se prosterner face à ces délinquants était insupportable. Rappelons-le, les Traoré possèdent tout de même un palmarès assez impressionnant de crimes en tout genre : détournement de fonds, trafic de drogues, viol…

Nous avons donc voulu leur faire savoir qu’il reste des Français qui restent debout et qui ne se soumettraient pas à leurs rêves de domination et de destruction.

Les véritables victimes sont celles du racisme anti-blanc, vous savez, celui qui « n’existe pas » et qui tue pourtant des Européens tous les jours.

L’action a fait énormément de bruit sur les réseaux sociaux, pensez-vous avoir dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas ?

Il est évident que nous avons ramené sur la table un sujet tabou. Le racisme anti-blanc est un sujet complètement nié et occulté du débat public et c’est cracher sur ceux qui en sont victimes.

Mais nos ennemis ne supportent pas que nous les mettions face à certaines vérités qui les dérangent !

Quel était le but exact de l’action ? Dénoncez le racisme anti-blanc ou l’escroquerie que représente les manifestations anti-policiers ?

Ce sont également des voix que nous avons voulu faire entendre, celles de ces Français moyens qui pressent le pas quand ils passent en banlieue, dont les enfants à l’école sont harcelés et traités de « petits blancs » à l’école, et dont les femmes sont agressées et insultées dans la rue.

Certains vous accusent de diviser la société et vous prêtent des intentions racistes, que répondez-vous à ça ?

Nous sommes des lanceurs d’alertes. Nous ne faisons que soulever l’un des nombreux problèmes importés sur notre sol à cause notamment de l’immigration massive. La société multi-culturelle est une société multi-conflictuelle, il n’y a qu’à se tourner vers l’Afrique du Sud où des dizaines de fermiers blancs sont tous les jours sauvagement assassinés à cause de leur couleur de peau. Aujourd’hui Johannesburg, demain la France ?

Vous n’êtes pas à votre première action coup de poing avec génération identitaire, ce mode opératoire va t’il continuer ?

C’est effectivement le mode d’action que nous avons choisi et qui s’avère le plus efficace. Dans une société sur-médiatisée et pourtant autant censurée, le moyen le plus efficace est celui de l’agit-prop. Des actions chocs à forte portée médiatique qui ont pour but d’importer des thématiques sur le débat public pour que les politiques s’en emparent.

Quant à la suite, nous serons toujours en première ligne face aux ennemis de notre peuple et de notre identité !

En règle générale dans la sphère de « droite » vous êtes défendus par, presque, tout le monde, ce qui était inimaginable il y a quelques années, comment l’expliquez-vous ? Avez-vous eu raison trop tôt ?

Nos soutiens sont de plus en plus nombreux et assumés, ce dont nous nous réjouissons car cela signifie que nos idées font leur chemin mais nous ne cherchons pas à faire de l’électoralisme ou à plaire aux politiques, nous voulons simplement que certaines décisions radicales soient prises pour sauver notre peuple et sa civilisation de la destruction.

Les manifestations sont autorisées par Christophe Castaner qui considère que l’émotion supplante le droit, comment réagissez vous puisque de votre côté tout est fait pour vous traîner en justice ?

C’est encore une preuve de l’impunité totale de cette racaille. Les politiques en ont peur et achètent ainsi la paix sociale, mais leurs revendications vont toujours plus loin et il est plus que temps que cela cesse. Ce laxisme à leur égard a trop duré !

Article écrit par La redaction

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.