Entretien avec Valérie Boyer9 min de lecture

Valérie Boyer en entretien exclusif avec L’Étudiant Libre

L’incendie de Notre-Dame a suscité une vive émotion dans le pays. Toutefois certains, notamment des militants de l’UNEF, se sont montrés très violents et insultants, qu’en pensez-vous ? Méritent-ils des sanctions ?

 

L’incendie de la cathédrale Notre-Dame a été un grand choc pour nous tous. Je n’ai pu, comme beaucoup de françaises et de français, retenir mes larmes devant ce monument centenaire en partie détruit par les flammes. Notre-Dame est un symbole quasiment millénaire de notre Nation, de notre Culture, de notre foi, de notre Histoire. C’est d’elle que partent toutes les routes de France. Elle est au centre de nos chemins mais aussi de notre Histoire.

 

Plus encore, cette cathédrale Notre-Dame est un symbole de l’unité européenne.

 

 Plus encore, cette cathédrale Notre-Dame est un symbole de l’unité européenne. Elle porte en elle nos racines chrétiennes et représente un témoignage magnifique de notre civilisation. 

 Sous nos yeux circonspects nous avons vu se réaliser la terrible scène imaginée par Victor Hugo, grand amoureux lui aussi de Notre-Dame : « Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée ». 

Spectatrice majestueuse de 850 ans d’histoire de France, elle a résisté à tous les méandres de la vie jusqu’à cet incendie malheureux. 

 

Lorsque la flèche est tombée, c’est une partie de notre identité nationale et 1000 ans de civilisation qui se sont envolés. 

 

Le premier jour de la Semaine Sainte 2018 restera tristement gravé dans nos mémoires meurtries. Lorsque la flèche est tombée, c’est une partie de notre identité nationale et 1000 ans de civilisation qui se sont envolés. 

C’est pourquoi j’ai été outrée, choquée, meurtrie par la quantité exorbitante de commentaires haineux, violents et malsains sur les réseaux sociaux et en particulier par l’Unef. L’une des militante de l’Unef s’est montrée particulièrement insultante en comparant cet incendie ravageur d’un des monuments de notre patrimoine les plus visités au monde à un « délire de petits blancs ». Une identité et une histoire française critiquée, mises à mal, piétinées avec des tweets injurieux qui ne doivent pas rester sans réponses. Ces comportements malveillants sont insupportables et inacceptables. Et même si l’Unef s’est désolidarisée de ces commentaires irrespectueux et horripilants, j’estime que des sanctions seraient bienvenues.

 

Tous ces commentaires odieux ne peuvent pas rester impunis.

 

D’autres réactions de joie et vindicatives sont venues se joindre aux commentaires de l’Unef en prétextant le soutien massif au jeune Hugo, menacé de mort après une comparaison humoristique de la Mecque sur les réseaux sociaux, pour cet incendie. Des moqueries, des insultes, des menaces, nous avons bel et bien assisté à un déferlement de haine vis-à-vis de Notre-Dame. Tous ces commentaires odieux ne peuvent pas rester impunis. Des réactions outrageuses telles que celles-ci doivent être sanctionnées. 

 

Le massif soutien de la population à Notre-Dame n’est-il pas la preuve que la France, malgré vent et marée, a conservé ses racines chrétiennes ? 

 

 Au vu des unes innombrables de la presse internationale, force est de constater que cet incendie a touché non seulement les français, les européens et les catholiques mais aussi le monde entier. Oui, la perte de cet héritage glorieux de l’histoire, de ce patrimoine mondial nous a tous ému, quelque soit notre religion. La Cathédrale est un patrimoine français, européen et mondial indéniable. 

 Une fois ce constat fait, il ne faut pas avoir peur des mots pour autant. Notre-Dame de Paris est une Cathédrale, ce qui fait d’elle un lieux de culte religieux et catholique. Comme le disait Monseigneur Aupetit, « catholique », « chrétien », « cathédrale » ne sont pas des gros mots, même si notre gouvernement peine à les prononcer.Castaner, Loiseau, Macron tous ont parlé de ce drame en taisant l’aspect religieux de la Cathédrale Notre-Dame de Paris. C’est inacceptable.Macron n’a pas eu de mots pour la communauté chrétienne alors que c’est un symbole de la chrétienté qui s’est embrasée lundi dernier.

 

Nous ne devons pas avoir honte ni peur de nos racines chrétiennes qui imprègnent les paysages de France et d’Europe depuis des décennies.

 

 Nous ne devons pas avoir honte ni peur de nos racines chrétiennes qui imprègnent les paysages de France et d’Europe depuis des décennies.Ces racines chrétiennes sont le ciment de notre nation, de notre histoire, de notre identité.La France a conservé ses racines chrétiennes, ses paysages, citadins et urbains en sont pleins de témoignages physiques et magnifiques. La France est la « fille aînée de l’Eglise » comme l’a désignée le père dominicain Henri-Dominique Lacordaire dans cette même cathédrale en 1841. 

L’émotion constatée suite à cet incendie n’est pas étrangère à la foi chrétienne qui pénètre et anime la France depuis toujours. 

 

Les européennes approchant, quels sont les enjeux de cette élection ? 

 

Je pense que je ne suis pas la seule à avoir été profondément choquée par la vidéo de campagne pour les européennes d’Emmanuel Macron. « Vous n’avez pas le choix ». Encore une fois, Macron s’est mis en scène en homme providentiel face au Rassemblement National. Mais le Rassemblement national n’est autre que l’assurance vie de Macron. Il instrumentalise la politique comme il l’a fait en 2017 et se pose en seul remède face à l’extrême droite. Mais il existe une troisième voix, que nous incarnons fièrement. Et oui, dans une élection, les citoyens ont toujours le choix. 

 Macron a présenté sa liste tardivement et aujourd’hui il tarde à répondre à la crise des gilets jaunes. Sa tête de liste, Nathalie Loiseau porte une liste pro-européenne qui propose toujours plus de ce qui ne marche plus : plus d’immigration (alors que la France a atteint cette année son record en terme de titres de séjour et qu’elle n’est pas en mesure d’accueillir dignement les migrants), plus d’élargissements (alors que l’Europe est confrontée à une crise sans précédents), plus d’administration et de bureaucratie (alors que l’Union européenne est déjà incompréhensible), moins de frontières, plus de fédéralisme (alors que nous constatons l’échec de ce fantasme fédéraliste d’antan et que nous prônons une Europe des nations fidèle au projet gaulliste). 

 

Les Républicains, rassemblés autour du brillant François-Xavier Bellamy, ont un programme clair et cohérent face à l’utopie fédéraliste de Macron.

 

 Macron, en plus de se mettre la population à dos (en témoignent les 5 mois de manifestations dans tout le pays) se met aussi à dos tous ses partenaires européens italiens mais aussi allemands en s’érigeant donneur de leçons. Pourtant, la France n’a pas les moyens de donner des leçons à ses voisins : déficit public le plus élevé d’Europe, pire déficit commercial, dette exorbitante, plus haut taux de prélèvements obligatoires. 

 Les Républicains, rassemblés autour du brillant François-Xavier Bellamy, ont un programme clair et cohérent face à l’utopie fédéraliste de Macron. 

Nous voulons instaurer une double frontière aux portes de l’Union européenne mais aussi de la France : « l’Europe frontière » vise à arrêter l’immigration de masse et nous défendre face au terrorisme islamiste. L’objectif est de protéger notre territoire en refusant strictement tout nouvel élargissement. 

Nous proposons d’instaurer une barrière écologique pour préserver notre agriculture. 

 

L’Europe civilisation : 

 

nous voulons redorer la civilisation européenne et française en rappelant fièrement nos racines chrétiennes.L’Europe doit assumer et défendre notre histoire et transmettre et faire rayonner avec fierté notre identité et nos valeurs. 

 

L’Europe puissance :

 

l’Europe de demain doit sortir de sa naïveté actuelle et assumer la défense de ses intérêts, de ses emplois, de ses entreprises pour faire face à la mondialisation.

 

L’Europe doit être plus démocratique pour satisfaire ses citoyens. 

 

Nous souhaitons construire un véritable projet européen, bien éloigné de ce que propose Macron qui propose de vaincre le Rassemblement national et inversement. Notre ligne politique est éloignée du « toujours plus » de normes, et souhaite se focaliser sur les grands projets stratégiques utiles pour son économie, son influence, son développement. 

Enfin, nous voulons que l’Europe renoue avec son efficacité imaginée par ses pères fondateurs. Nous la voulons moins technocratique et plus respectueuses des citoyens, des nations. L’Europe doit être plus démocratique pour satisfaire ses citoyens. 

 

Comment voyez-vous l’avenir de votre parti, Les Républicains ?

 

 Je ne peux pas me résoudre que les sondages annoncés depuis des semaines soient révélateurs de la réalité. Emmanuel Macron mène une politique déconnectée depuis deux ans qui pénalise les classes moyennes et les retraités. La preuve, depuis 5 mois, chaque samedi, des gilets jaunes envahissent les villes de France. 

 Pour résoudre cette crise fiscale, résultat d’un long matraquage fiscal, Emmanuel Macron a proposé un « grand débat national » afin d’enjamber autant que possible les élections européennes et de se lancer dans une sorte de pré-campagne à peine dissimulée en monopolisant des heures durant les chaînes de télévision. Un soliloque méticuleusement préparé, organisé, orchestré par ses soins. Une mise en scène égocentrique insupportable qui n’a toujours pas donné de réponse à la crise. Lundi soir le président n’a pas pu s’exprimer compte tenu de l’incendie de Notre-Dame, il en a profité pour faire « fuiter » ses mesures et gagner du temps sur ses responsabilités. Le Président tire profit de cet incendie qui n’a pas ravagé que la France mais aussi nos esprits. 

 

Je peine à croire que nous ne ferons que 14%.

 

 C’est pourquoi je suis fière de voir que Les Républicains représentent une troisième voie.Laurent Wauquiez, François-Xavier Bellamy sont des personnalités fortes et nous en avons tant d’autres. Je peine à croire que nous ne ferons que 14%. Laurent Wauquiez et les Républicains augmentent dans les sondages là ou LFI ou EELV diminuent et LREM et le RN stagnent depuis des semaines. 

 

Le Président devait s’exprimer lundi dernier au sujet du grand débat. En tant que femme politique expérimentée quelles conclusions tirez-vous de ce débat ?

 

 Le Grand débat national est en train de se terminer de la même façon qu’il a commencé c’est à dire dans la précipitation et un capharnaüm insupportable. 5 mois après le début du mouvement des gilets jaunes on se retrouve dans un grand brouillard. Macron a tenté de répondre à la crise fiscale en augmentant les impôts. On voit bien qu’il n’a rien compris à la crise. Sa politique du « en même temps » ne donne rien de bon nous le voyons. Ce Grand débat a prouvé qu’une seule chose :Macron est un roi de la communication mais Macron c’est l’ère du vide.Il se retrouve aujourd’hui dans l’impasse alors que les français ne décolèrent pas. 

 

Pour résoudre la crise des gilets jaunes, Macron a décidé de se mettre en scène

 

 Pour résoudre la crise des gilets jaunes, Macron a décidé de se mettre en scène à la télévision pour « rencontrer les français ». Au final, on voit bien que la participation à ce grand débat, malgré le matraquage télévisé n’a touché qu’une fine tranche de la population (1,5 millions de participants, soit un peu plus de 2% de la population). En éliminant les champs vides (2,6 millions) et les doublons (2,6 millions), sur les 9,8 millions de textes, nous n’en comptons plus que 4,5 millions. 

 Le Grand débat national aura coûté au total 12 000 000 d’euros, Macron a répondu à la crise fiscale et sociale en faisant de nouvelle dépense. 3 mois après le lancement du grand débat nous sommes toujours dans un grand brouillard : nous ne connaissons toujours pas les mesures et les solutions concrètes. Macron s’enlise dans la crise et n’apporte pas de solutions aux français. 

 Nos propositions pour redonner du pouvoir d’achat aux français (ce qu’ils réclament) sont concrètes, claires et chiffrées : réindexer les pensions de retraites et les allocations familiales sur l’inflation, rétablir les plafonds du quotient familial, baisser de 10% l’impôt sur le revenu des deux premières tranches. 

 

Mais nous ne parviendrons pas à diminuer les impôts si nous ne réduisons pas les dépenses publiques.

 

 Mais nous ne parviendrons pas à diminuer les impôts si nous ne réduisons pas les dépenses publiques. Or cette partie est totalement absente des proposition de Macron. Jeudi, Macron devrait enfin s’exprimer, mais rien ne laisse espérer des solutions miracles à la crise inédite que traverse la France. 

 

Le mouvement « Me Too » aurait changé les mentalités. Qu’en est il dans les sphères politiques ?

 

 Je pense qu’effectivement un mouvement est en cours pour les droits des femmes. Comme vous le savez, je suis très investie dans ce combat en faveur des droits des femmes et de la protection des femmes et des enfants. C’est un sujet qui me tient à cœur et pour lequel je ne manque pas d’énergie depuis toutes ces années où je suis Députée. J’ai d’ailleurs re-déposé une proposition de loi à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes le 8 mars dernier. 

 Les femmes en 2019 ne devraient plus souffrir de violences sexuelles et sexistes. Pourtant, force est de constater que ces violences ne diminuent pas. Des combats restent à mener indéniablement, et je vous assure que mon engagement est toujours autant vigoureux. 

 

40 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint depuis le début de l’année.

 

 40 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint depuis le début de l’année. Aussi, je propose de renforcer les mécanismes existants pour lutter contre les violences au sein du couple en interrogeant l’efficacité des mesures de protections existantes. Je souhaiterais également préciser au sein du code pénal et du code civil la notion de violences en définissant ses différentes natures.

 

Mais surtout, nous devons protéger les enfants qui se trouvent au sein du couple victime de violences.

 

Mais surtout, nous devons protéger les enfants qui se trouvent au sein du couple victime de violences. Et parce que 75 000 femmes en moyennes sont violées par an en France, je propose d’envisaget l’état de sidération psychique des victimes de viols comme une contrainte morale. Mais surtout nous devront mettre fin à la décriminalisation du viol qui concernerait 80% des affaires de viols. Je préconise également l’inscription au fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (FIJAISV) des personnes condamnées pour des violences conjugales ou des infractions sexuelles. 

 Mais mon engagement pour les femmes va au delà, en effet je suis engagée depuis des années dans la lutte contre les mutilations génitales. Cet acte barbare et interdit par la loi en France concerne pourtant 60 000 femmes en France et 500 000 en Europe sur les 200 000 000 dans le monde (dont 44 000 000 mineures). 3 000 000 de jeunes femmes sont menacées d’excision dans le monde et d’après le Docteur Pierre Foldes, fondateur de l’association Women Safe (institut en santé génésique) 30 000 000 de femmes supplémentaires pourraient être excisées d’ici 2030. C’est pourquoi je demande au gouvernement un rapport sur les mutilations féminines en France et fait une large série de recommandations afin de mettre fin à cette pratique en France.

Article écrit par Stanislas Rigault

L'article vous a plu? Partagez-le! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur: