Antoine Ponchin, lycéen et réservistelecture express

Depuis tout petit le métier de militaire m’intéresse, c’est une passion que j’ai très vite voulu concrétiser. Alors quand j’ai vu que je pouvais m’engager dans l’armée grâce à la réserve dès l’âge de 17 ans, je n’ai pas longtemps hésité. En quelques clics sur internet tout est expliqué et facile d’accès. La démarche est ensuite assez simple il y a un dossier à monter et une Préparation Militaire (PM) de deux semaines à faire pour être formé aux bases du métier. Une fois la PM terminée, je suis devenu soldat. Ce grade, le plus bas dans la hiérarchie, me permettait à mon échelle de servir mon régiment, mon pays. Plus tard on m’a remis mes fourragères (la fourragère française est une décoration portée en uniforme par les membres d’une unité militaire), ce fut un moment très émouvant qui m’a beaucoup marqué.

 

Cela me permet à mon échelle de servir mon régiment et mon pays.

 

La réserve permet de valider le PSC1, d’avoir des aides pour passer le permis et plein d’autres choses. Pour ma part, cela m’a surtout permis de découvrir les dessous du métier de militaire, de faire en quelque sorte un stage prolongé tout en étant acteur et surtout, et c’est le plus important pour moi, de servir mon pays. Cet engagement nécessite du temps, de l’envie et de l’amour de son pays mais sa force, et c’est la force de l’armée, c’est qu’il est accessible à tous.

Pour ma part mon expérience, pas encore terminée, de réserviste m’a conforté dans ma vocation d’aider ma patrie dans le métier des armes. À l’inverse, d’autres camarades exercent un autre métier ou une autre formation en parallèle de la réserve.

Article écrit par Stanislas Rigault

L'article vous a plu? Partagez-le! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur: