Quel regard porter sur les dernières annonces de Blanquer ?2 min de lecture

Hier soir, le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer annonçait les nouvelles mesures liées au Covid. Un professeur de mathématiques les analyse pour l’Étudiant Libre. 

 

Ce qu’il faut retenir de son intervention : 

Pas d’évaluation commune. 

L’histoire-géographie, les langues vivantes, la spécialité qui ne sera pas suivie en terminale, les mathématiques pour la voie technologique et l’enseignement scientifique pour la voie générale ne seront pas sanctionnées par le passage d’épreuves communes. Ces épreuves sont remplacées par les notes des bulletins de première et de terminale. 

Les épreuves communes en premières sont tout simplement annulées. 

Plus d’enseignement à distance 

Afin de préserver la santé du corps enseignant et celle des élèves le déroulement des cours et lui aussi adapté. Désormais, les élèves ne sont tenus de venir qu’a 50% des cours en présentiel. Le reste peut se faire à distance. 

La préservation de la santé des élèves, on en parle ?  On sait très bien que les jeunes ne respectent pas les gestes barrières et qu’ils s’en moquent éperdument, ce qui les dérange ce n’est pas le Covid, c’est tout simplement le fait de travailler. 

Et la santé des professeurs ? Peut-être certains sont vraiment inquiets, mais proposer une grève sanitaire la veille d’un jour férié, selon moi ça relève aussi d’une peur de trop travailler qu’une véritable peur du Covid…

Epreuves de spécialité en terminales adaptées

Avec le nouveau bac, les élèves devaient passer leur spécialité en mi-mars. En fonction de la matière évaluée le format différé légèrement mais globalement une épreuve de spécialité c’est une épreuve de 4h coefficient 16. C’est l’épreuve qui a le plus gros coefficient. Hier soir, Jean-Michel Blanquer, nous a donc appris que le format de cette épreuve allait être modifiée. Afin que les élèves puissent bien réussir cette épreuve, plusieurs sujets leur seront proposés et il y aura des exercices au choix. Affligeant. 

On apprend simultanément que des enseignements pourront se faire à distance, ce qui veut dire plus de triche possible et une plus grande importance est donnée aux notes des bulletins…On peut donc pronostiquer sans trop se mouiller que le baccalauréat édition 2021 sera bien réussi par les élèves. On sait déjà que le bac est donné et qu’il ne vaut plus rien cependant, en abaissant autant les exigences des épreuves le ministre de l’éducation nationale se moque clairement du corps enseignant. 

Monsieur le ministre, à quoi servons-nous en fait ? 

En septembre j’ai commencé à enseigner après 5 années exigeantes d’études en école d’ingénieur. Je me suis lancé corps et âme dans cette mission pour former la jeunesse aux défis de demain. Mais à quoi bon ? Vous leur donnez tout. En agissant ainsi vous ne nous donnez pas l’occasion de leur transmettre le goût de l’effort. Oui, cette année allait être exigeante car il fallait boucler le programme en 7 mois au lieu de 10, mais tant pis on allait faire avec car notre génération a encore le goût de l’effort et du travail bien fait, mais là en adaptant les épreuves de spécialité, on a vraiment l’impression d’avoir cravaché jusqu’à maintenant pour rien. A quoi bon faire des cours clairs et concis puisque de toute manière nous ne sommes pas tenus de terminer le programme ? 

 

Damien Godron – Ingénieur et professeur de mathématiques dans un collège et lycée libre dans le sud de la France

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.