Plus de transmission, plus d’héritage = plus de patrie6 min de lecture

Dans l’Express le 30 avril 2003, Martin Karmitz écrivait que : « ne pas transmettre ses expériences, c’est castrer l’avenir. » Cet extrait nous dit beaucoup sur l’importance de transmettre.

Dans un entretien publié sur la chaine YouTube de Valeurs Actuelles (1), l’historien Franck Ferrand expliquait qu’un musicien ne pouvait se mettre au piano s’il n’avait pas appris le solfège au préalable. De la même manière, il est impossible à un citoyen français d’aimer pleinement la France s’il ne connait pas son histoire ou pire qu’il ne l’assume pas. Pour que vive la France, il faut que ses enfants apprennent à l’aimer pour qu’une fois devenus grands ils puissent transmettre. L’histoire de France est en effet un conte, une flamme que nous nous transmettons de générations en génération. La France donné au monde de très belles choses. Il est vrai, cette histoire a ses part d’ombres. Mais, je vous le demande quel peuple, quelle civilisation n’en a pas ?

L’Histoire de France, un bloc monolithique :

L’histoire de France constitue un bloc monolithique qui est à prendre ou à laisser, on ne peut choisir parmi ses héros. L’Empereur Napoléon Ier disait lui-même : « de Clovis au comité de Salut Public j’assume tout ». Jeune français vivant en 2021, de Clovis à Emmanuel Macron il nous faut tout assumer fièrement et ne rien rejeter. Il est vrai que nous n’apprécions chacun diversement les grandes figures de l’histoire de France, nous pouvons regretter certains de leurs actes mais cela ne nous donne pas le droit de leur cracher à la figure ou de les occulter de notre histoire. Qu’avons-nous nous même fait pour la patrie, qui sommes-nous dans l’histoire de France pour avoir le droit de nous comporter ainsi ? Personne ! L’histoire de France est un gigantesque et magnifique corpus que nous devrions recevoir de nos parents et de l’éducation nationale. Avoir pleinement conscience de cette histoire devrait nous permettre à notre tour et à notre modeste échelle de participer à la poursuite de son écriture avant de tout transmettre à nos enfants quand le moment sera venu.

Saint Louis, Louis XI, Louis XIV. Maximilien Robespierre, François Athanase Charette de La Contrie, Victor Hugo, le Maréchal Lannes, Le Général Bugeaud, Maurice Barrès, Jean Jaurès, Léon Blum, Georges Clemenceau, le Maréchal Foch, le Général De Castelnau, De Gaulle, Lucie Aubrac, Albert Camus, Simone Weil. Il me serait possible de continuer à écrire des noms pendant des heures tant notre histoire est glorieuse. Nous devons nous demander quel sens nous voulons donner à cette histoire ? Celui d’une grande nation qui a illuminé le monde qui est admiré partout et qui se projette avec confiance dans l’avenir ou celle d’une nation qui ne s’aime pas et qui se meurt.

L’historien spécialiste de l’Afrique Bernard Lugan racontait que lors d’un voyage en Afrique du Sud, Jacob Zuma alors chef de l’Etat lui avait présenté ses excuses au nom de son pays pour la mort de Louis-Napoléon Bonaparte – Fils de Napoléon III – tombé héroïquement en soldat de l’armée britannique face aux zoulous (qui ont rendus hommage à sa dépouille) en 1879. (2 et 3) Pour les Sud-africains cet homme représentait la grandeur guerrière française. Il symbolisait à leur yeux la gloire de notre nation et je suis prêt à parier qu’aujourd’hui moins d’un jeune français sur dix connait son sait qui il est et connait son histoire.

L’enseignement de l’histoire de France à l’école publique de la République :

La France s’éteint à petit feu par manque de transmission de son histoire. Au sein de l’école publique dont je suis moi-même issu à de rares exceptions près, nos enseignants ne nous apprennent plus à vibrer lors de l’apprentissage de notre glorieuse histoire. On nous apprend à être des citoyens libres et égaux avec de nombreux droit ce qui est très bien en soi mais on nous apprend plus à aimer notre patrie, on ne nous transmet plus du tout l’amour de la France. (4)

Le problème est bien plus grand qu’on pourrait le croire. Celui-ci ne se caractérise pas seulement par le fait qu’on ne nous apprend pas l’histoire de notre pays mais plus encore par l’incitation implicite qui nous est faite à lui cracher dessus et c’est là le plus grave. Aujourd’hui, si vous vous dites fier d’être français, fier de cette histoire vous vous vous retrouvés accusés de tous les maux de l’humanité. Si le monde connait de multiples crises, ce serait donc la faute de la France.

En dehors de la destruction méthodique de l’enseignement de l’histoire de France par une poignée d’idéologue souhaitant ardemment mort lente de notre beau pays en apprenant à la jeunesse de France à détester ces aïeux et de surcroît à se détester elle-même il y a un problème dans la manière même d’enseigner. L’histoire thématique et non plus l’histoire chronologique quel progrès pédagogique ! Je me souviens qu’en arrivant au lycée cela m’avait été présenté comme une possibilité d’approfondir des thèmes précis. Cependant, à quoi cela sert-il d’approfondir des thèmes lorsque vous manquez d’une vue d’ensemble, c’est comme commencer à étudier Shakespeare en cours d’anglais alors que l’on ne maitrise pas les fondamentaux de la langue.

Cet enseignement de l’histoire de France dévoyée depuis une quarantaine d’année produit ses effets, les Français ne connaissent plus leur histoire comme le montrait une vidéo publiée sur VA Plus (5). On y entend notamment que Charlemagne aurait été couronné en 1700 ou que la Libération de Paris aurait eu lieu en 1875. J’ai appris par ma sœur il y a quelques jours que des élèves de première générale ne savait pas qui était Napoléon III. Le nom et l’ordre des président de la Vème République n’est pas maitrisé. Je ne suis même pas sûr que la figure du Général De Gaulle soit familière de tous les jeunes français qui passeront le baccalauréat en juin prochain.

Franck Ferrand raconte dans l’entretient évoqué plus haut que le jeune garçon issu d’un milieu modeste est tombé amoureux de l’histoire de France grâce à une enseignante du primaire une fois par semaine pendant une heure fermait les rideaux pour leur raconter un passage de l’histoire de France. Cette vision presque mystique de l’histoire de France et la nécessité de la transmettre semble avoir disparu au sein de l’Education Nationale aujourd’hui.

L’Histoire un outil pour faire nation :

Ernest Renan dans son discours Qu’est-ce qu’une nation ? prononcé à la Sorbonne le 11 mars 1882 que « la nation est un plébiscite de tous les jours », ce plébiscite que nous sommes censés le réitérer chaque jour doit. Il doit nous permettre de nous fixer un horizon pour l’avenir, horizon que nous atteindrons ensemble par un travail de tous les instants que mène chacun au service des autres et au service de la patrie. C’est comme qu’une nation traverse les âges, en se projetant dans l’avenir sans oublier son passé. Les Français ne savent plus ce qu’est la France historiquement ni ce qu’elle représente dans le monde. Ce sont souvent des étrangers qui doivent nous le rappeler comme Stela Kamga aujourd’hui ou Romain Gary et Joseph Kessel, ce dernier ayant d’ailleurs écrit avec son neveu le Chant des Partisans, cette marseillaise de la libération qui a permis d’unifier spirituellement les mouvements de résistance, deux immenses écrivains et résistants qui n’étaient pas des Français de naissance mais qui ont fait rayonner la France à travers le monde.

L’histoire de France est le ciment de notre unité. Depuis Soixante-quinze ans, nous français avons la chance de vivre en paix mais cela ne sera peut-être pas toujours le cas. Je me demande si la mobilisation générale sonnait comme en 1914 ou en 1939 ma génération, celle qui a eu vingt ans en 2020 serait prête à aller combattre et prendre le risque de tomber au champ d’honneur pour la nation française, son idéal et sa culture. Je crains que non ! Sacrifier nos vies, pour préserver l’héritage que nos parents ont reçus de leurs parents avant de nous le transmettre et pouvoir à notre tour le transmettre à nos enfants en espérant qu’il fasse de même à leur tour quand nous serons plus là. Comment pouvons-nous être capable de faire cela si nous ne connaissons pas cette histoire ?

C’est en effet parce que les individus qui composent une nation veulent être digne de ceux qui les ont précédés qu’une nation survit à travers les âges.

Ce que notre rapport à notre histoire dit de nous :

Les débats concernant la commémoration et la célébration du bicentenaire de la mort de Napoléon Ier le 5 mai prochain illustre tout à fait le rapport que les élites françaises entretiennent avec leur histoire et la vision détestable qu’elles ont de notre pays. Napoléon est respecté voire adulé à l’étranger et ici en France pays dont il a contribué à faire la gloire aux yeux du monde il est considéré comme un vieux meuble encombrant qu’on ne veut plus voir mais qui ne peut se dérober à notre regard tant son cercueil aux Invalides est majestueux. Notre histoire fascine le monde comme le montre les plus de deux millions de visiteurs qui se rendent au Puy du Fou chaque année.

L’importance de l’histoire :

Des maillons dans l’histoire de France c’est tout ce que nous sommes. Occulter cette histoire et vouloir y mettre terme est une attitude pyromane c’est scier la branche sur laquelle on s’est assis. Comme le disait Churchill : «Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre». Nous ne pouvons résoudre les plaies de notre société qui hélas sont nombreuses si nous ne connaissons plus notre histoire.

Cependant, ne cédons pas au désespoir et rêvons d’une France où dans un futur pas trop lointain enseignerait notre histoire serait de nouveau enseigné avec fierté.

Source :

1 : Franck Ferrand : « Je ne veux pas qu’on vienne défigurer ou pire, nier la culture française » (https://www.youtube.com/watch?v=lfd78J6W52A)

2 : Les punchlines de Bernard Lugan (https://www.youtube.com/watch?v=lfd78J6W52A)

3 : Sur la mort de Louis-Napoléon Bonaparte (1856 – 1879) https://www.napoleon.org/histoire-des-2-empires/articles/la-mort-du-prince-imperial-2/

4 : https://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/01/30/31001-20150130ARTFIG00443-jean-pierre-chevenement-il-faut-transmettre-l-amour-de-la-france.php

5 : 🎤 Les Français sont-ils bons en Histoire ? (Micro-trottoir) (https://www.youtube.com/watch?v=K4ByO0_dAU8)

6 : https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/le-puy-du-fou-enregistre-une-frequentation-record-en-2019-et-affiche-son-ambition-a-l-international_AN-201911160029.html#:~:text=Le%20Puy%20du%20Fou%2C%20parc,%2Dt%2Don%20appris%20vendredi.

Article écrit par Tribune

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.