Notre Dame de tous les Français2 min de lecture

[Redif] Notre-Dame de tous les Français

Il est des moments, dans l’histoire d’une nation, qui résonnent bien au delà des frontières du temps. L’incendie de Notre-Dame de Paris est de ceux-la. Hier soir, plus encore que Paris, c’est la France entière qui, bien malgré elle, a soudainement vu brûler une part de son identité. La foule, dans les rues, dans les bistrots, à la télévision, est pétrifiée, comme frappée par la vision d’une vieille dame en feu, côtoyée pendant des centaines d’années. Il aura fallu ce brasier infernal pour rappeler à tous l’existence et la fragilité de cette identité charnelle.

Spontanément, le peuple parisien est venu au chevet de sa cathédrale. Pour observer souvent, pour prier parfois. Au cœur de la nuit, la foule entonne l’Ave Maria de Lourdes : moment de grâce, au cœur de la fournaise. Emmanuel Macron, visiblement ému, se rend sur place, et annonce la reconstruction immédiate de Notre-Dame. Rapidement, les responsables politiques suspendent leur campagne électorale, pour se joindre au «deuil national». L’intensité de l’émotion, la vigueur des réactions politiques, semblent similaires à celles qui avaient suivi les attentats de 2015 et 2016. Une fois de plus, la France est meurtrie, attaquée dans sa chair. Une blessure ressentie par tous les français, qu’ils soient parisiens ou provinciaux, catholiques ou athées.

La solidarité des français, dans ces moments de douleur, n’est plus à prouver. Dans la soirée, alors que des centaines de pompiers luttent encore contre les flammes, les dons affluent à la Fondation du Patrimoine, pour financer le titanesque chantier qui relèvera Notre-Dame. Les plus grandes fortunes de France s’associent aux plus petits portefeuilles, dans un acte collectif rare, à la hauteur de l’événement. Touchée en son cœur, la France, une fois de plus, prouve qu’elle survit toujours, même enfouie au plus profond du cœur des français.

Hier, au cœur de la nuit, on pouvait craindre le pire, alors que le feu s’étendait à la tour gauche, menaçant l’ensemble de la cathédrale d’écroulement. La catastrophe a été évitée de justesse, et si bien des œuvres ont été perdues dans les flammes, l’essentiel semble sauf. Bien plus que les «bouts de bois» dont semble se moquer l’UNEF, c’est l’âme de la France qui a failli s’écrouler hier soir. Sauvée in extremis par l’action combinée des valeureux qui combattaient les flammes, et de Celui qui, là-haut, continue à veiller sur Sa fille aînée. Ainsi, la couronne du Christ, la tunique de Saint-Louis, et de nombreux trésors de la chrétienté ont été sauvés. Et au milieu des décombres, dans le chaos le plus absolu, on a vu se dresser la Croix, debout parmi les ruines, veillée par une statue de la Vierge elle aussi intacte.

Gravement endommagée, Notre-Dame n’en est pas moins sauvée. Si l’on ne peut que pleurer les trésors perdus hier soir (particulièrement la charpente, vieille de 700 ans), les murs semblent tenir, et les tours se dressent toujours fières, au cœur de l’île de la Cité. Le chantier, pour rendre à la cathédrale sa grandeur passée, sera long, et particulièrement coûteux. Mais il est aussi une occasion unique pour permettre aux français de se retrouver enfin autour d’un projet commun, enraciné dans l’Histoire, tourné vers l’avenir. Pour que Notre-Dame, remise de ses blessures, traverse huit-cent autres années. Pour que la cathédrale de Paris devienne, enfin, Notre-Dame de tous les Français.

Article écrit par Étienne de Solages

L'article vous a plu? Partagez-le! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.