Bottin mondain2 min de lecture

Vous suivez « Memes de Famille Nombreuse » et vous avez aimé le déménagement de l’aumônerie sur Facebook ? Vous serez ravis d’apprendre qu’ils publient désormais chaque mois un épisode d’une nouvelle histoire dans l’Étudiant Libre. Et si vous ne les connaissez pas encore, faites vite un tour sur leur page Facebook*.

« Dans l’air brumeux de l’aurore, dans le ciel aux sombres décors…», le réveil de Pierre- Amalric sonne. C’est cette chanson « Le cri d’Alep » des Frangines qui extirpe P-A de son sommeil profond. Il aime les belles voix suaves et modernes de ces jeunes chanteuses cathos, et surtout leur engagement dans le soutien aux chrétiens d’Orient. Oui, P-A est de ceux qui arborent sur leur photo de profil Facebook, Twitter, Instagram, pas LinkedIn (ça ferait fuir les futurs recruteurs) le symbole Noun, qui démontre leur soutien indéfectible à la cause des chrétiens persécutés. Il avait même trouvé ça « stylé », les quelques européens qui s’engageaient dans les milices afin de combattre l’hydre islamiste. Mais bon, il n’aurait jamais pu en faire partie, manque de moyens financiers ; son prêt de 35 000 euros pour son école de commerce réduisait sa marche de manœuvre.

Pierre-Amalric voudrait que les cathos soient décomplexés sur la question de l’argent. Après avoir décoincé les cathos sur la question de la sexualité, best-sellers de nos curés préférés, il veut les décoincer sur l’argent. « On peut être riche et catholique ! », crie notre parigot en fin de soirée, quand les quelques verres de Jagermeister lui ont donné le courage de ses convictions.

Quoi qu’il en soit, pour aider à se réveiller, P-A attrape son iPhone et scrute les notifications Le Figaro. Il ouvre alors celle qui annonce la mort de quelques soldats kurdes tués par des turcs à la frontière syrienne. Il est très intéressé par les questions de géopolitique, mais avait pourtant refusé l’invitation de son ami Cyriac aux week-ends de l’IFP, jugeant cette formation trop cloisonnée et orientée. P-A aime bien montrer qu’il n’est pas le pur produit de son milieu, il aime montrer qu’il lit Libération pour élargir son point de vue, quand il débat de sujets de société avec Lucas, son pote coco, il n’hésite pas à dire « après, c’est ton avis, je le respecte », position tolérante qu’il adopte beaucoup moins quand Lucas critique le capitalisme et le libéralisme.

Après sept minutes passées au lit à lire l’actualité, Riri, comme l’appellent ses parents, sort du lit et se prépare à partir pour une nouvelle journée de cours. Un petit «kawa» et un bol de Chocapic avalés, il est prêt à rejoindre son meilleur ami, Amaury, au métro Trocadéro, direction Cergy-Pontoise où demeure leur école ; Graal conquis après 3 ans de lutte acharnée, havre de savoir et de beauté, où règnent en maître bienséance et dignité, et qui se résume en 5 lettres étincelantes : ESSEC.

Memes de Famille Nombreuse

 

 

 

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu? Partagez-le! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.