30 septembre 1859 : la naissance de Geronimo dans le sang2 min de lecture

Dans les années 1850, l’or est découvert dans les montagnes Santa Rita, au Sud de l’actuel Arizona, en territoire apache. Attisé par la convoitise, le Mexique se décide à récupérer pour son compte ces Terres en expulsant et en éradiquant les occupants ancestraux. 

 

Massacre de Kashiyeh

Durant l’été 1858, alors que les hommes d’une tribu apache commercent avec les Mexicains dans le bourg d’Arizpe, une compagnie de lanciers vient planter son fer meurtrier dans le campement établi non loin de là, dans la vallée de Kashiyeh, massacrant femmes et enfants. Un homme, Gokhlayeh, littéralement « celui qui baille », trouve sa mère, sa femme et ses trois enfants gisants sans vie, couchés dans leur sang noirci par le soleil brûlant du désert. 

 

« San Jerome ! »

Animés d’un désir de vengeance, les chefs apaches décident de se venger et le 30 octobre 1859, ils reviennent à proximité d’Arizpe, armés cette fois ci. Les Mexicains envoient un chariot et quelques hommes pour en découdre rapidement avec eux, mais cachés dans les montagnes, les Apaches tuent rapidement les piétons. Gokhlayeh, la rage au ventre, se jette sur le chariot et fracasse le crâne des deux soldats qui se trouvent à l’avant. Les redoutables guerriers disposent désormais de fusils et de poudre qui se trouvaient dans le chariot. Furieux de ce désastre, un corps de lanciers accompagné par la garnison d’Arizpe sort du bourg pour en terminer avec les provocateurs. On reconnaît alors le même corps des lanciers de Kashiyeh, et Gokhlayeh est nommé pour conduire la bataille. Sa tactique d’embuscade s’avère redoutable et rapidement les soldats mexicains refluent en pagaille. Profitant de cet avantage, il égorge le capitaine des lanciers et sa hache vengeresse fend les têtes ennemies en grand nombre. Suivi par tous les guerriers, Gokhlayeh massacre d’une rage furieuse presque tous les Mexicains de la garnison qui supplient dans des hurlements le saint du jour de les épargner « San Jerome, san Jerome ! ». Le héros du combat est inspiré par le nom appelé au milieu du carnage et décide désormais de se faire appeler « Geronimo ». 

 

De la légende aux parachutistes 

Geronimo mènera une lutte désespérée avec les tribus apaches contre le Mexique puis les États-Unis pour sauvegarder les Territoires ancestraux. La légende raconte qu’il est mort en sautant avec son cheval dans un ravin de l’Oklahoma en clamant son nom, d’où le cri des parachutistes américains lors de leurs sauts depuis 1944. 

 

Le dernier combattant des Apaches

Résistant au grand Péché des États-Unis qu’est le massacre des indiens, Geronimo demeure l’incarnation de la lutte pour la terre des ancêtres avec une abnégation totale de soi même. Considéré comme un grand chef et un immense tacticien, il repose dans la légende américaine à jamais. 

 

« Les guerres sont livrées pour savoir qui possède la terre, mais au bout du compte, c’est elle qui nous possède. Celui qui ose la posséder, ne repose t-il pas sous elle ? » Cochise, chef apache (1810-1874)

Article écrit par Guy-Alexandre Le Roux

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.