Edouard Philippe : « Comment notre vie va reprendre »2 min de lecture

Dans un contexte politique bouillant, Edouard Philippe a longuement détaillé le plan de déconfinement préparé depuis quinze jours. Face à des parlementaires exaspérés par les récentes manoeuvres gouvernementales, le premier ministre – de plus en plus annoncé sur le départ – avait la lourde tâche de préciser les modalités de la sortie de crise. Si Edouard Philippe a d’abord tenu à rappeler la nécessité et l’efficacité du confinement, il a également souligné les conséquences catastrophiques qu’entraînerait sa prolongation. Retour sur les principales annonces, qui sont en ce moment même débattues dans l’enceinte du Palais-Bourbon.

Edouard Philippe a fixé trois grands principes à la stratégie du gouvernement : prudence, progressivité, adaptation aux réalités locales. L’épidémie n’étant pas terminée, il importe que la reprise des activités économiques soit progressive, afin d’éviter une seconde vague plus importante encore que la première. Trois axes de travail ont été annoncés : protéger, tester, isoler (plus de détails ici).

  • Vers une sortie progressive du confinement

Le déconfinement ne peut être envisagé que si les chiffres de contaminations par jour correspondent aux prévisions du conseil scientifique (3000 cas nouveaux/jour). Ainsi, chaque département sera, à partir de jeudi, soumis à un contrôle de la circulation du virus. Deux paliers de circulation – élevée (rouge), faible (vert)– permettront aux départements de se préparer au 11 mai, et d’adapter leur stratégie de déconfinement.

  • L’ouverture des écoles reste une priorité

Le gouvernement persiste et signe : la réouverture des écoles est absolument fondamentale pour la reprise de l’activité du pays. Cependant, plusieurs éléments conditionneront cette réouverture. Elle se fera en plusieurs phases, d’abord sur la base du volontariat dès le 11 mai, et en limitant à 15 le nombre d’élèves par classe. La réouverture des collèges et lycées est quant à elle repoussée à la fin du mois de mai.

  • Le retour au travail

Le télétravail devra rester en place partout où il est possible. Les entreprises devront veiller à la meilleure répartition  des heures de travail, afin d’éviter l’engorgement des moyens de transports. Le port du masque sera rendu obligatoire dans les métros, tramways, bus, taxis, et VTC.

Les commerces ré-ouvriront tous à compter du 11 mai, à l’exception des cafés et des restaurants. Les marchés, sauf avis local contraire, seront également autorisés à ouvrir. Un cahier des charges très précis précisera les conditions sanitaires d’ouverture, et autorisera les commerçants à conditionner l’entrée dans leur commerce au port d’un masque. La réouverture des cafés et restaurants ne sera pas envisagée avant la fin mai.

  • Concrètement, que sera-t-il possible de faire ou de ne pas faire ?

Dès le 11 mai, il sera de nouveau possible de circuler librement sans attestation. En revanche, les déplacements excédant 100 km resteront interdits, sauf urgence familiale ou nécessité professionnelle. L’activité sportive solitaire est toujours possible, sans limitation de temps et de distance. Les sports collectifs ou de contact, et l’activité sportive en lieu couvert restent interdits. A l’instar des bars et des restaurants, les cinémas, les théâtres, les salles de concert et les grands musées devront en revanche rester fermés. Par ailleurs, les grands évènements publics, culturels ou sportifs, regroupant plus de 5000 personnes, ne seront pas autorisés avant le mois septembre prochain. La saison 2019/2020 de football professionnel est donc, par exemple, officiellement terminée. Il en va de même pour toutes les autres ligues de sport professionnel.

  • Un point sur les lieux de culte

Ils ne ré-ouvriront pas au 11 mai : les messes restent donc interdites au public, au moins jusqu’au 2 juin prochain. Ainsi, les mairies devront faire en sorte de repousser, quand cela est possible, les mariages programmés dans les prochaines semaines. Les cimetières seront en revanche de nouveau accessibles au public.

 

,

 

Article écrit par Étienne de Solages

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.