Une dictature sans bruit !2 min de lecture

Tel un avertissement, George Orwell écrivait avec intelligence qu’une « dictature peut s’installer sans bruit ».  Cette période inouïe que nous vivons depuis le 17 mars nous en fait prendre conscience douloureusement.

En effet, au nom de la sécurité sanitaire de notre pays, nous avons consenti docilement à une restriction sans précédent de nos libertés. Nous avons obéi au mot d’ordre « Restez chez vous pour sauver des vies ! ». Mais depuis presque deux mois, les diverses mesures prises par le gouvernement font peser un réel risque sur nos libertés.  Même si cet impératif sanitaire était justifié et a permis de sauver des vies, il convient de rester vigilant pour préserver nos libertés. De fait, une dictature même hygiéniste n’en demeure pas moins une dictature. Chacune des privations pourrait constituer un précédent dangereux, une jurisprudence dont il faut se méfier. 

Tout d’abord, le gouvernement a privé les Français d’une de leurs libertés fondamentales : la liberté de circulation. Or, à peine le confinement était mis en place que la Ministre de la Justice annonçait la libération anticipée de près de 12 000 détenus. Encore une aberration du « en même temps » d’En Marche. Cette mesure de confinement a sans doute pu réduire la propagation du virus et soulager nos services hospitaliers, qui font un travail exceptionnel. Mais, il est important de s’interroger sur ses conséquences. Désormais, le confinement pourra servir de justification à toutes futures mesures restrictives, et ce, d’autant plus que les Français l’ont accepté facilement ces dernières semaines.

Ensuite, le gouvernement s’est érigé en maitre de conscience des citoyens français. Récemment encore, Christophe Castaner, chantre de la laïcité, expliquait pourtant aux croyants comment prier. En interdisant la célébration des offices religieux et des sacrements, le gouvernement a porté grandement atteinte à la liberté de culte. Cette mesure, sagement acceptée par les Français croyants, semble encore plus incompréhensible à l’heure du déconfinement. A l’instar de plusieurs parlementaires de droite, dans une tribune publiée dans Le Figaro, il est légitime de se demander si la liberté de culte serait moins importante que la liberté de consommer. Pour la société matérialiste de la macronie sans doute. Mais, cette hiérarchie des priorités établie par le gouvernement a de quoi nous laisser perplexes. Faut-il rappeler que seuls les régimes dictatoriaux ont imposé une restriction de la liberté de culte ? Il a fallu introduire une requête auprès du Conseil d’Etat pour rappeler à l’exécutif qu’interdire les réunions dans les lieux de cultes constitue « une atteinte grave et manifestement illégale » à la liberté de culte. Le gouvernement a dorénavant 8 jours pour adopter de nouvelles mesures ne portant plus atteinte à ce droit fondamental. 

Fort de son pouvoir de plus en plus absolu, le gouvernement a également cru pouvoir nous dire ce que nous devions penser. Tel le Ministère de la Vérité créé sous la plume de George Orwell, Sibeth Ndiaye annonçait la création d’une plateforme gouvernementale recensant les « bons » articles de presse. A défaut d’une censure, le gouvernement pensait pouvoir nous dire comment nous informer. Le tollé suscité à raison, par cette énième tentative liberticide, a permis la suppression de ce projet gouvernemental. Ce répit pour la liberté d’expression aura malheureusement été de courte durée. Ce 13 mai, le gouvernement faisait voter une loi qui enterre la liberté d’expression en confiant aux puissances numériques le pouvoir de censure. Dorénavant, certaines opinions pourtant légales ne pourront plus être exprimées sur Internet. La loi Avia consacre la dictature de la pensée unique.

Avec le déconfinement qui s’amorce, nous devons reprendre en main les libertés que nous avons délaissées sous peine d’accepter une servitude volontaire. Et si le monde d’après était celui du retour de nos libertés ?

Clémence de Longraye.

Image : https://www.laliberte.ch/news-agence/detail/un-homme-menacant-de-s-en-prendre-a-macron-arrete/398308

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.