Tribune : Memes Royalistes, l’ange déchu de l’humour politique3 min de lecture

Il fut un temps où Memes Royalistes était une de ces pages Facebook au sujet desquelles nous n’avions qu’un seul regret : que leurs publications ne soient pas plus fréquentes. Au milieu de la médiocrité ambiante, Memes Royalistes, d’une érudition prodigieuse, était la page humoristique de référence de nombreux militants et sympathisants de la droite radicale, royalistes ou non. Les memes de M. Royco Brousse (appelons-le par son pseudonyme), qu’ils soient sur la doctrine maurrassienne, sur l’Histoire de France, le militantisme ou la gauche, étaient toujours percutants, fins et cultivés. Dans les différents milieux de droite (et même chez les bourgeois catholiques que cette page ne cesse, à raison, de railler), il était habituel d’entendre: « Tu connais Memes royalistes ? « , » T’as vu leur dernier meme? «, … Hélas, pourquoi faut-il que la roche tarpéienne soit toujours aussi proche du Capitole ?

Depuis quelques mois, en effet, Memes Royalistes devient pédant, pleurnichard et mesquin. La littérature avait connu le pape du surréalisme, André Breton, qui excommuniait férocement de ce mouvement tous ceux qui ne le concevaient pas exactement comme lui; avec Memes Royalistes nous avons désormais le pape du royalisme. Quiconque dévie, ne serait-ce que d’un détail, de la ligne politique définie par M. Royco Brousse, est un imbécile doublé d’un incompétent, voué à la géhenne politique. La bulle d’excommunication prend l’hideuse forme d’un meme dans lequel l’érudition passée a été remplacée par le pédantisme et l’accumulation vulgaire de références doctrinales. Confisquant l’héritage maurrassien à son seul profit, prétendant en avoir l’unique conférence possible, Memes Royalistes pourrait avoir comme devise : « Maurras est le seul dieu, et Brousse est son seul prophète. » Sa cible favorite en ce moment : les identitaires, et, plus précisément, leur incarnation militante : Génération Identitaire. Incapable de reconnaître leurs qualités, préférant ressasser les gloires anciennes et révolues de l’Action française (de quand date leur dernière action digne de leur héritage séculaire?), Memes Royalistes semble prendre un plaisir maladif, mâtiné de jalousie à peine dissimulée, à les critiquer par des memes miteux. La doctrine même de Memes Royalistes est à remettre en question : l’obstination de M. Brousse Royco à ne pas correspondre à l’image que l’on se fait de l’Action Française, soit un catholique nostalgique embourgeoisé cherchant un frisson militant, son obsession pathologique de se démarquer du reste de la droite, l’enfermer dans une posture doctrinale intenable. En somme, il souhaite tellement ne pas ressembler aux militants de droite, qui ne sont pas sans défauts, qu’il finit presque par ressembler à un militant de gauche. L’anti-libéralisme lui sert désormais de passerelle vers un gauchisme de bon aloi, qu’il doit concilier avec un nationalisme maurrassien. D’où une critique acerbe des identitaires, critique qui lui permet, dans un mélange d’aigreur et de lâcheté, de ne pas voir la question démographique et de se complaire dans un anti-racisme primaire, facile et confortable.

S’il ne faisait que du fond, il eût été facile d’excuser Memes Royalistes. S’il avait critiqué l’intégralité de la droite militante avec un humour solaire et royal, nous aurions ri avec lui de nos vices et défauts. Mais la forme blesse. Après tout, à en croire Jean Guitton, n’est-elle pas tout simplement le fond qui remonte à la surface? Les memes de M. Brousse Royco sont dorénavant pesants, fastidieux et terriblement répétitifs. On pourrait définir l’objectif d’un meme avec l’aphorisme de Pierre Martens au sujet de la nouvelle: « Faire bref et en dire long ». Et faire rire. Là, les memes de cette page sont diffus et verbeux ; là où n’importe qui trouverait le moyen de faire une douzaine de memes de qualité, M. Brousse Royco réussit l’exploit de faire cent fois le même. Le texte s’allonge indéfiniment, le « template » est sans originalité (toujours ces identiques bonhommes crayonnés lassants, disgracieux et grimaçants) et une chute qui n’arrive jamais.

Il manque également à Memes Royalistes la moindre forme d’auto-dérision ou de remise en question. Chacune de ses publications reçoit une flopée de commentaires surpris et déçus par la médiocrité nouvelle et grandissante de cette page. Je ne suis pas de ceux pour qui la vox populi est un argument d’autorité, mais il est parfois bon d’y prêter attention. Mais non, M. Brousse Royco préfère répondre aux critiques par un autre meme gangrené par « la pléthore des vocables et le cancer des mots » pour reprendre les mots de Cioran. Sans nul doute si M. Brousse Royco lit cet article, il ne manque pas d’être désireux d’y répondre par un autre de ces memes laborieux et amers, grinçants sans réussir à être cyniques. Nous le supplions ; qu’il résiste à cette tentation et épargne à nos yeux, déjà suppliciés par la laideur du monde moderne, une nouvelle réalisation graphique de son crû. Comme l’a si bien écrit l’un des cadres de l’Action Française: « La République, c’est comme Memes Royalistes. C’était drôle au début mais maintenant faut que ça se termine. »

En guise de conclusion, paraphrasons Jules Bertaut : Militants politiques, qui veulent faire des memes, méditez le sort lamentable de Memes Royalistes.

 

Whilhelm Bagaredu

Article écrit par Tribune

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.