« Pologne et Hongrie : tensions et divergences face à l’Union européenne ».2 min de lecture

Depuis le 16 novembre, l’Union européenne se trouve dans l’impasse face à Pologne et la Hongrie qui refusent formellement en imposant leur véto de voter le budget pluriannuel (1 074 milliards d’euros pour les années 2021 à 2027) et le plan de relance suite à la crise du Covid-19 (750 milliards d’euros).

Le bloc de l’est n’a apparemment pas apprécié les provocations de l’Union européenne qui a conditionné  son plan de relance aux pays qui respectent le fameux « Etat de droit » si chère à notre élite européenne.

Il faut dire que les dissensions entre l’est et les autres membres européens ne datent pas d’aujourd’hui : la Pologne et la Hongrie ont déjà fait l’objet de poursuites judiciaires devant la Cour de justice de l’Union européenne pour non-respect de l’Etat de droit ; la Pologne, la Hongrie et la République Tchèque avaient également fait connaître leur réticence face au pacte migratoire de Bruxelles.

Pourquoi l’Etat de droit provoque t-il autant la discorde au sein de l-Union européenne ? Quelles divergences profondes révèlent ces tensions ?

Même si au départ la notion d’Etat de droit n’a rien de repoussant, elle a peu à peu été dévoyée par une « oligarchie européenne » -notamment par la commission et par les juges- pour tenter d’abolir la souveraineté nationale des Etats membres. Le droit est en fait devenu un moyen pour imposer au peuple ce qu’il n’a pas demandé. Pour reprendre les mots d’Eric Zemmour, l’Union européenne a « une vision procédurale de la démocratie ». Par là même, deux visions de la démocratie s’opposent : une vision moderne et occidentale voulue par l’UE qui est celle de l’Etat de droit gouverné entre autre par les juges européens et qui soumet les nations et celle d’Abraham Lincoln : « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». Cette conception qui vise à régir les peuples européens sous un même régime juridique est problématique puisqu’il n’est pas adapté aux intérêts divergents des nations européennes (c’est d’ailleurs là notre grande différence avec les Etats Unis). Autrement dit, l’UE oublie qu’il y a une culture européenne (forgée autour de la chrétienté) mais pas de peuple européen homogène (les nations européennes sont trop différentes de par leur histoire pour les unir sous la même identité). Elle ne peut donc pas soumettre les peuples européens à un régime juridique unique sans bafouer les intérêts nationaux qui sont bel et bien différents d’un pays à l’autre. L’UE fait donc fi de l’histoire et des frontières nationales pour soumettre au droit un imaginaire peuple européen. En plus de vouloir déraciner les peuples européens, l’idéologie des élites européennes ne semble pas vouloir préserver la culture commune des européens en imposant à chaque nation un cota migratoire et en considérant l’Union européenne comme un no man’s land juridico-économique.

L’Union européenne a en fait une vision juridico-économique de ce que doit être la communauté européenne. Elle oublie le tronc commun culturel et civilisationnel qui lie les peuples européens, et la Pologne avec son allié hongrois ne manquent pas de lui rappeler en disant non au pacte migratoire, humaniste pour les autres mais pas pour les européens.

Le rôle de la Pologne et de la Hongrie -et plus globalement de l’est- est donc essentiel et va s’accroître dans les années futures pour préserver et conserver la souveraineté des nations et la civilisation occidentale qui est menacée par les dirigeants européens qui veulent réduire les peuples européens à des agents économiques sans histoire, sans culture et déracinés.

Kylian Paquier

Crédit Photo : John Thys – AFP

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.