Les chiens aboient, le Puy du Fou ouvre2 min de lecture

Si la nouvelle de l’ouverture possible du Puy du Fou à partir du 2 juin a réjoui les fans, elle a également été l’occasion pour tous les détracteurs du parc vendéen de se déchaîner.

Les directeurs, en dialogue permanent avec l’Etat, ont mis en place des mesures sanitaires strictes comme la distribution de gel en 250 points du parc, des équipes de désinfection ou l’engagement de 350 agents supplémentaires experts pour accompagner et diriger la foule ; tout cela dans un souci de préservation de l’ambiance qui imprègne le parc pour éviter un climat anxiogène et préserver la magie de certains parcours et spectacles.

Sur Twitter les réactions face à cette réouverture ne se sont pas faites attendre, rapprochant le Puy du Fou et les églises, Frédéric Martel critique l’autorisation donnée pour ces lieux et refusée pour d’autre comme les festivals de musique et de théâtre, « on rouvre […] le Puy du Fou mais pas les festivals de théâtre et de musique ! On rouvre les églises mais pas les […] cafés et les restaurants » s’exclame-t-il.

La décision d’ouverture est l’occasion pour les opposants au Puy du Fou de se déchaîner et de laisser libre cours à leurs critiques. Ils fustigent le côté réactionnaire que peut avoir le Puy du Fou, la vision de l’histoire qui y est mise en avant ; celle d’un peuple qui s’est soudé pour résister face aux idées de la Révolution et qui a été méprisé et exterminé. Cette vision certains la regardent comme inquiétante et dangereuse pour le principe même de la République française qui serait alors née dans la violence et qui a écrasé toutes formes d’opposition ce qui la constitue comme totalitaire. Plus dangereux que cette simple théorie, c’est le fait qu’elle soit promu dans un parc qui reçoit deux millions de visiteurs par an et donc deux millions de personnes qui potentiellement adhère à cela, c’est cela qui inquiète.

En effet le Puy du Fou diffuse une vision de l’histoire de la révolution, et de l’histoire en générale, différente de celle autorisée et donnée dans les écoles par le gouvernement et les médias. Des gens se lèvent dans le pays des droits de l’homme et de la liberté d’expression pour dévaloriser et décrédibiliser une œuvre qui donne une autre vision de notre pays, une autre idée de ce qu’a été et est la France ; la censure informelle qui existe en France s’inquiète de cette différence de vision et ne veut que son arrêt.

Parce que le parc, élu plusieurs fois meilleur du monde, redonne à l’histoire la place qui lui revient : non pas l’instrument des puissants mais la fierté des peuples, les idéologues ne peuvent pas supporter son succès. Ils devront pourtant s’y faire, car il ne cesse d’augmenter.

Charlotte C

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.