Le Rivotril : un danger de taille pour nos aînéslecture express

En cette période de crise sanitaire le gouvernement a mis en place un état d’urgence sanitaire lui permettant de prendre certaines mesures. A l’inverse de généraliser la Chloroquine, le Rivotril est favorisé.

En France, depuis le début de cette épidémie ; 6 507 personnes sont mortes du coronavirus (CNews le 4 avril 2020) dont 84% avait plus de 70 ans (le 3 avril 2020). Ce virus s’attaque surtout aux personnes du troisième âge ayant déjà des problèmes sanitaires.

Emmanuel Macron prône  « l’unité nationale » et le « solidarisme » (lien fraternelle obligeant les êtres humains les uns envers les autres) pour faire face au coronavirus.

Cependant le décret du 28 mars 2020, publié au journal officiel, oblige les hôpitaux à la triste sélection, en défaveur de nos aînés, afin de savoir qui bénéficiera de l’assistance respiratoire. Par ce décret, le gouvernement autorise,  jusqu’au 15 avril 2020, les pharmacies à fournir du Rivotril aux clients pourvus d’une ordonnance portant la mention « Prescription dans le cadre du covid-19 »l. Ce médicament  injectable a pour but de «  permettre la prise en charge de la fièvre et de la douleur du patients atteints ou susceptible d’être atteint ».

Le Rivotril est un remplaçant du  Midazolam, produit injectable qui est le médicament de première intention pour réaliser une sédation profonde maintenue jusqu’au décès. D’autre part, le Rivotril est contre indiqué en cas d’insuffisance pulmonaire, or le coronavirus engendre cette insuffisance. La mise à disposition de ce médicament autorise par conséquent à euthanasier nos aînés. Les pharmacies et les médecins, prenant en charge des patients en fin de vie et à domicile, pourront, à partir de juin, également disposer de ce remède. De plus le décret permet la prise en charge de ce médicament par les organismes d’assurance maladie.

Par ce décret le gouvernement élargit par conséquent le champ d’application de la loi Léonetti, qui autorise légalement l’euthanasie en France afin d’éviter un « acharnement thérapeutique » et lutter contre une « obstination déraisonnable ». Le gouvernement n’applique donc pas la notion de solidarisme qu’il invoquait en autorisant et soutenant, sous couvert de remède à ce virus, la vente du Rivotril.

« Dès qu’on dépasse 60-65 ans l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société », cette citation de Jacques Attali, montre quelle importance la société, et tout spécialement  le gouvernement, accorde à nos précurseurs.

Charles  Després

 

Image : Libération

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.