« La messe n’est pas qu’une réunion » : 150 catholiques manifestaient ce dimanche à Lille pour leur liberté de culte.4 min de lecture

Le collectif « Objectif messe 59 » manifestait à Lille dimanche 22 novembre pour la défense de la liberté de culte qu’il estime bafouée actuellement.

Ce dimanche, aux alentours de 16h, 150 personnes foulaient les pavés mouillés par la pluie du vieux-Lille pour se rassembler devant la cathédrale Notre-Dame de la Treille. Ils sont venus protester contre linterdiction des messes publiques prévue par un décret-loi en date du 29 octobre. Cet évènement est le premier organisé dans la région par le collectif « Objectif messe » qui milite partout en France. Des familles, des trentenaires, des étudiants, des élus locaux et des personnes âgées ont répondu présents à lappel. Ils sont bien décidés à défendre leur liberté de culte, faisant fi de lavertissement de Gérald Darmanin, qui menaçait au micro de Franceinfo de faire verbaliser par la police les croyants qui persistent à manifester. Leur foi vaut bien quelques prises de risques. Et si les menaces du ministre de lIntérieur chargé des cultes ne suffisent pas à les enfermer chez eux, ils peuvent bien risquer leur vie – « plus importante que tout » selon monsieur Darmanin – pour ce en quoi ils croient : la vie éternelle.

Des militaires de lopération Sentinelle sont positionnés de chaque côté du parvis. Maxence porte-parole du collectif « Objectif messe » dans le Nord se tient sur la plateforme donnant sur la façade moderne de la cathédrale. Il est muni dun mégaphone et dune casquette. Le jeune homme commence par lister les règles sanitaires à respecter « Je vais vous demander de rester en famille, les autres sont priés de respecter le mètre de distance sociale. Du gel hydro-alcoolique est mis à votre disposition ». Ses co-organisateurs sinstallent à ses côtés. « Rendez-nous la messe » peut-on lire sur leur pancarte. Si tous les manifestants se tiennent face à eux, embarrassés dun masque chirurgical, cest pour demander le retour des messes en assemblée dans un premier temps. Dans un suons temps, pour exiger que « le mépris du gouvernement pour les catholiques de France cesse » me confie plus tardPhilippe Pichergu, co-organisateur de la manifestation. Il a la triste impression « de faire partie dune minorité qui na pas le droit à la parole ». Le jeune homme rappelle que « Cette entrave à la liberté de culte de la part du gouvernement a en partie soulevé la Vendée », faisant référence à la Vendée de 1793 qui s’est soulevée contre la conscription et pour la liberté de culte.

.

Des membres de « Objectif messe » finissent de distribuerdes feuilles A4 sur lesquelles sont imprimées les paroles des chants religieux préalablement choisis par le collectif organisateur. La manifestation se lance doucement. Elle sera statique. « La préfecture nous demande de ne pas faire de prière de rue. Donc on évite les cantiques et on évite de se mettre à genoux » prévient Maxence qui est accueilli par des voix contestataires qui s’élèvent depuis des parapluies de toutes les couleurs. « Et silencieux on a le droit de l’être par contre !? » sinsurge une petite dame menue qui est visiblement très remontée contre le décret-loi qui lempêche daller communier. Si il en va du bon déroulement de la manifestation que de se plier aux indications du préfet, les catholiques rassemblés aujourdhui sont conscients de leurs droits  : « Il y a quelques jours, le tribunal administratif de Paris nous a donné raison en suspendant l’inique décision du préfet Didier Lallement dinterdire un rassemblement à St-Sulpice. La loi est avec nous et nous mènerons ce combat sans faiblir, jusqu’à la victoire », promet Philippe Pichegru.

Le collectif « Objectif messe » a vu le jour à Paris à l’occasion des premiers rassemblements du 16 Novembre. Depuis, des sections se sont créées dans toute la France. Et ce dimanche, 70 manifestations étaient prévues dans lHexagone. À Strasbourg, à Toulouse, à Rennes, à Caen , à Dijon, à Paris, etc. Ce qui prévaut cest « lunion dans la foi » pour reprendre les termes utilisés par Maxence au mégaphone. « Les catholiques de France doivent faire fi de leurs divergences. Quelles que soient nos sensibilités politiques, nous nous réunissons tous les dimanches pour recevoir la Sainte Eucharistie. C’est cela qui doit prévaloir, rien d’autre ! » ajoute son co-organisateur.

Les fidèles catholiques ont fait le choix de manifester ce dimanche même si Emmanuel Macron prévoit de parler mardi à 20h pour annoncer un allégement du confinement et notamment concernant les cérémonies religieuses. Ils nont plus confiance en ce gouvernement « adepte des coups de Trafalgar » déclare Philippe Pichergu. Pour lui le constat est clair : « Nous n’avons pas pu nous rendre à la messe. Tant que cela durera, nous nous réunirons et nous ferons valoir notre droit. Mieux, notre devoir de nous rendre à la messe. » Maxence a rappelé lors de son discours que le gouvernement, prétextant lendiguement de l’épidémie de coronavirus, les aura privé de communion pour une durée de six mois cette année. « Ça peut paraître futile pour les gens qui ne croient pas, pour ceux qui nont pas encore eu de révélation de foi » affirme le porte-parole de la section du Nord, mais pour nous, cest ce quil y a de plus important. Cest le pain de notre âme. »

La nuit commence à tomber, une fidèle, tout de beige vêtu, un chapeau blanc sur la tête prend timidement le mégaphone pour apporter de la douceur : « La messe nest pas quune réunion, ce nest pas un évènement dans la semaine qui a lieu parce quon en a envie. Cest prendre leucharistie, communier avec le Seigneur, cest entendre les belles paroles de lEvangile, avoir le St Esprit qui vient jusqu’à notre coeur. » Elle prend de lassurance avant dajouter :  « La messe cest pas seulement le dimanche, cest aussi à loccasion des fêtes. Nous avons été privés de messe de Pâques. Est-ce que nous allons être privés de messe de Noël aussi ? ». Avec un geste de la main, elle invite son public à scander en coeur le slogan : « RENDEZ-NOUS LA MESSE, RENDEZ-NOUS LA MESSE ». Tous la suivent et de leur voix, recouvrent le carillon de la Chambre de commerce qui retenti pour sonner les coups de 18h.

Article écrit par La Rédaction

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.