Il y a 15 ans mourrait Jean Paul II3 min de lecture

Aujourd’hui, il aura suffit de prononcer ce nom, ou d’utiliser celui de Saint Jean-Paul II, pour faire briller des larmes au coin des yeux de nos parents, pour faire tressaillir le coeur de nombreux prêtres, pour susciter un regain de prière dans nos temps troublés, et certainement ce 2 avril 2020 n’aura pas été un jour comme un autre dans la pensée de nombreux catholiques du Monde entier.

Nous fêtons cette année le centenaire de la naissance du pontife romain Saint Jean-Paul II, et aujourd’hui le quinzième anniversaire de sa “Naissance au Ciel” comme le dirait Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, patronne secondaire de la France, que le saint pape était allée visiter en 1980, et qu’il avait proclamée docteur de l’Eglise en 1997, un siècle après sa propre “Naissance au Ciel”.

Aucune publication, aucun article, ne saurait prétendre résumer la vie de ce saint pape, alors il est inutile d’essayer de le faire, ou de vouloir le faire. Il faut avoir quelques éléments clefs pour tenter de saisir, non pas l’entièreté de la vie de cet homme, non pas sa personnalité, mais le coeur qu’il avait, ouvert au Monde entier et à tous les hommes de bonne volonté, pour la plus grande gloire de Dieu.

Un coeur dilaté par l’Amour, et particulièrement associé au Coeur Immaculée de Notre Dame. Notons ce lien immanquable et fondamental: le Saint-Père a plus visité la France qu’aucun autre pays (à l’exclusion de l’Italie), et la France est sous le patronage de la Vierge Marie. Il aimait profondément la France, fille aînée de l’Eglise. Il aimait la France comme un père, avec un coeur ardent, et l’a montré dès sa première visite en 1980, en apostrophant la France toute entière : « France, fille aînée de l’Église, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? ».

Il a visité huit fois la France comme pape, et a soutenu ou été ami de Français renommés, à commencer par le Professeur Jérôme Lejeune, grand défenseur de la vie.

Car c’est la vie que Saint Jean-Paul II a voulu défendre, et c’est la seule qui compte sur cette Terre: la vie innocente, créée et aimée de Dieu, que l’Eglise a pour mission de protéger, de sanctifier, et de guider vers Son Créateur, détachée de tout péché. Comment oublier les appels pour la défense de la vie, sous sa forme la plus fragile et la plus mutilée. Comment oublier les appels contre ceux qui portaient atteinte à la vie, notamment par ce grand discours contre la Mafia en 1993? “Convertite vi!” Convertissez-vous! Il achevait ce discours de 1993 en réclamant la vie pour la paix.

La vie pour la paix, une paix qu’il aura désirée durant sa jeunesse, et pour laquelle il aura oeuvrée durant son pontificat. Il avait fait sienne la condamnation du communisme en 1937 par son prédécesseur Pie XI. Condamnation unanime par ces papes, car le communisme nie la réalité de la nature humaine, et surtout en empêchant son ouverture à la transcendance. Les grands noms du communisme, de l’impérialisme, de l’ultra libéralisme, du fascisme, du féminisme, du relativisme, ont tous figuré parmi ses détracteurs, comme ils ont été ceux de l’enseignement de l’Eglise. Cette opposition du saint pape avec ces idées est claire: il considérait qu’elles oppriment l’individu et le conduisent à la pauvreté, économique ou sociale, et l’empêchent donc de s’ouvrir à la transcendance et de vivre dans la paix.

Comme polonais, sa parole n’en a été que plus efficace pour vaincre la puissance communiste, qui avait meurtri son pays natal, qui avait connu tant et tant de dominations. Ce pays, dans lequel il puisait son identité, enracinée, et ancrée dans une éducation familiale profondément pieuse et aimante.

La famille, famille de Karol ou famille de Jean-Paul II, reste l’Eglise, le peuple de Dieu. La famille est l’Eglise domestique, le lieu où l’Amour s’apprend et se découvre, le lieu où Dieu se révèle. Fils unique à 12 ans et orphelin de mère à 9 ans, il est seul avec son père jusqu’à la mort de celui-ci en 1941. A 21 ans, Karol est seul au Monde, il n’a plus que l’Eglise pour famille (par ses amis ou par des prêtres de sa connaissance). Cette enfance et cet apprentissage de la vie adulte, marqués par la domination nazie puis bolchévique, le marquent et sont la source de sa personnalité. Son enseignement sur l’amour conjugal, inédit dès ses débuts en 1950, aura marqué plus d’un étudiant ou d’un évêque, qu’il devient lui-même rapidement. Sa “carrière” ecclésiastique est lancée, et il devient archevêque de Cracovie, numéro 2 de l’Eglise polonaise en 1964, avant d’être élu sur le Trône de Pierre en 1978.

Une vie marquée par un amour débordant et édifiant de Jésus par la Sainte Vierge, à l’école des grands saints du Carmel et des saints prêtres français Louis-Marie Grignion de Montfort et Jean-Marie Vianney, curé d’Ars, une vie marquée par une volonté de protéger les plus fragiles et les plus innocents, que ce soit comme simple vicaire à Niegowic, ou comme évêque de Rome. Une vie et un pontificat qui auront touché plus d’un.

Une vie marquée par la souffrance, dans la maladie ou le deuil, mais marquée encore plus par l’Espérance du Seigneur, avec le soutien de la Vierge Marie, et c’est dans cette Espérance que le coeur de Saint Jean-Paul II a battu en unisson avec le Monde, jusqu’au soir du 2 avril 2005.

 

Aymeric Dor

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.