Tribune : UE, un plan de relance dangereux2 min de lecture

UE : un plan de relance dangereux

Après 92 heures de consultations et de discussions de couloirs, les 27 pays membres de l’Union Européenne réunit en Conseil Européen, annoncent s’être mis d’accord sur un plan de relance économique « historique ». Qu’en est-il réellement ?

La France ne s’est jamais aussi bien vendu. Emmanuel Macron se dirigeait vers le Conseil Européen qu’il pensait déjà aux retombées « exceptionnelle » que le plan de relance annoncerait pour l’Europe. Mais c’était sans compter la frugalité des voisins européens (Pays-Bas, Suède, Autriche, Finlande et Danemark), fatigués de la passivité de certains pays en matière de réforme interne. Visé, la France représenté par Emmanuel Macron tape du poing sur la table, affirmant que les pays « frugaux », c’est-à-dire ceux qui veulent dépenser le moins, ne veulent pas prendre leurs responsabilités. Ces pays ont-ils une bonne raison de demander une augmentation des subventions ?

Oui, car ils ont engagé depuis longtemps des réformes nationales profitables à l’Union Européenne : réforme de l’emploi et sur le temps de travail. La France toujours en retard sur ces questions, propose de se rattraper en misant sur un plan de relance de 750 milliards €. Un emprunt considérable qui ne devrait avoir aucun impact sur les Européens selon Thierry Breton, interrogé sur Franceinfo le 21 juillet 2020 :

« Ce plan va être remboursé à très long terme. (…) Ce ne sont pas les Européens qui vont payer, c’est aux frontières qu’on va mettre des taxes permettant d’accéder au marché intérieur. »

Logiquement, si les entreprises paient des frais de douanes aux frontières, elles devront nécessairement augmenter le prix de leur produit qui seront vendus aux Européens.

Ainsi, le Conseil Européen aura obligé les 27 à se mettre d’accord pour apporter chacun une somme suffisante pour sauver l’Europe, mais au détriment de certains secteurs vitaux dans le contexte actuel. Effectivement, les 27 ont sacrifié le budget santé européen EU4Health de 9 milliards € alors que les hôpitaux subissent des arrivées de patients importantes, et que le personnel soignant demande des actes d’aide forts. Rajoutez à cela, la diminution de moitié du budget de la Politique Agricole Commune (PAC) passant de 15 à 7,5 milliards € : les sécheresses s’accroissent, le manque d’eau augmente et l’érosion des sols s’accélère. Économiquement, le salaire des paysans se tiendra sur le fil de l’inflation que les dirigeants européens espèrent ne pas voir bouger d’ici les prochaines années. Comment entendre cela lorsque le Président du Conseil européen et la Présidente de la Commission Européenne ont obligé les dirigeants à s’engager que ces fonds ne perturbent pas le développement durable et la politique climatique de l’Union Européenne ?

Une fois de plus, l’Union Européenne présente de sérieux signes de fatigues et d’incohérences qui mettent la vie des Européens en sérieux dangers. La France n’a plus sa voix d’antan dans le concert des 27 et ne fait que subir les erreurs du passé en refusant de se réformer intérieurement.

Pierre-Louis Delauney, Président d’ÉCOPATRIOTE

Article écrit par Pierre-Louis Delauney

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.