Éthique en veille, le nouveau moyen de se faire entendre contre l’avortement2 min de lecture

Pouvez-vous nous décrire votre collectif ?

Ethique en Veille est un collectif qui se place contre la proposition de loi d’allongement du délai légal d’IVG de 12 à 14 semaines. Nous sommes plusieurs étudiants et jeunes professionnels à l’initiative de ce projet, désireux de faire entendre la voix de ceux qui refusent de voir la culture de mort se renforcer un peu plus dans notre pays. Afin de permettre aux citoyens d’exprimer leur opposition à cette loi, nous proposons donc sur notre site une plateforme d’envoi automatique de mail à son député en seulement quelques clics. 

Si les 86 votes en faveur de cette loi nous ont indignés, c’est surtout l’abstention d’un grand nombre de députés qu’on attendait au tournant qui nous a laissés amers

Pourquoi avez-vous lancé le collectif Ethique en veille ?

Nous étions choqués de voir une telle loi passer en première lecture dans un hémicycle où à peine un député sur quatre était présent. Si les 86 votes en faveur de cette loi nous ont indignés, c’est surtout l’abstention d’un grand nombre de députés qu’on attendait au tournant qui nous a laissés amers. Ceux-là, qui agitent en permanence leurs valeurs conservatrices, n’ont pas daigné se déplacer pour voter contre ce projet de loi pourtant décrié par l’Académie de médecine et le Collège des gynécologues et qui va à l’encontre de tout sens éthique. Les appels à écrire aux parlementaires ont été nombreux ces dernières semaines, mais peu trouvent le temps ou la motivation de le faire. Nous avons donc voulu permettre aux citoyens de faire entendre leur indignation auprès de leur député en quelques secondes. Maintenant plus d’excuses pour ne pas se faire entendre ! 

 

Dans votre manifeste vous n’avez pas hésité à décrire crûment la réalité de l’avortement à 14 semaines, pourquoi ce choix ?

Nous avons voulu décrire la réalité froide de ce qu’est un avortement à 14 semaines et montrer qu’il ne s’agissait pas d’un acte anodin. Une majorité écrasante des députés qui ont voté pour ce projet de loi ou qui se sont abstenus n’ont, à notre avis, jamais vu d’images d’un avortement. Beaucoup semblent vivre encore dans une réalité parallèle où l’avortement serait un soin comme un autre, sans séquelles physiques ni psychologiques. Ces députés, plus attachés à leur idéologie qu’aux recommandations de l’Académie de médecine, ont besoin de se reconnecter avec la réalité de l’avortement. Ils veulent retirer la clause de conscience aux médecins mais oseraient-ils ne serait-ce qu’assister à une telle scène ?

 

Quelles sont vos espérances quant à la suite des évènements ?

En faisant porter la voix des citoyens auprès des élus, nous espérons réveiller les députés et les alerter sur cette loi afin de les inviter à se mobiliser contre ce projet lors de la deuxième lecture. Grâce aux mails envoyés, ces deux derniers jours, des dialogues se sont ainsi instaurés entre les députés et les habitants de leur circonscription. Plusieurs députés ont déjà manifesté leur résolution à se mobiliser lors de la prochaine lecture. Un résultat très encourageant qui prouve que cette méthode sait se révéler efficace et qui nous conforte dans notre combat. Il est donc indispensable que toute personne sensible au respect de la vie à naître se mobilise et ajoute sa pierre à l’édifice !

Article écrit par Paul Guerry

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.